Musée de la Vie Romantique, hôtel Scheffer

Classé dans : JRNL DEVT, VAL Actualité | 0

C’est une maison blanche aux volets verts nichée au bout d’une impasse.

Les visiteurs abandonnent l’agitation des rues parisiennes en passant le portail, et se retrouvent au cœur d’une cour- jardin au calme recueilli.  Dissimulé au fond du terrain, une véranda appelle à se réchauffer d’une collation que nous repoussons sagement à l’après-visite.

 

Maxime, notre guide conférencier, accueille le groupe du VAL en ce jeudi frileux de la Mi-Novembre et nous invite à gravir le perron surélevé qui mène à la maison. En suivant une enfilade de chambres et salons, exigüs ou plus spacieux selon leur usage, ce professionnel à la voix d’or dévoile les relations et les activités artistiques de la famille Scheffer et des nombreux artistes qui fréquentaient assidument le havre de leur hôte.

Ary Scheffer s’était établi dans ce quartier en pleine rénovation dès 1830. Entouré de ses frères Henry et Arnold, ce peintre alors reconnu est bien implanté dans la vie culturelle du Paris au XIXème siècle ; Ce qui lui permet de mener une vie aisée, grâce notamment à ses fonctions de professeur de dessin auprès des enfants du futur Louis Philippe. Installé dans l’hôtel de la rue Chaptal, il fait bâtir deux ateliers lumineux qui se situent toujours de part et d’autre de l’entrée. Si le premier est consacré à son travail personnel, le second accueille régulièrement « son salon », comme il était d’usage à cette époque. On peut imaginer des soirées animées où se rencontrent de nombreux créateurs: George Sand certes, qui demeure une invitée particulière dans les trois salons du rez de chaussée, mais aussi Chopin, Musset, Tourgueniev, Delacroix, Rossini, Pauline Viardot et la Malibran, Franz Liszt, que rejoignent bientôt des personnalités politiques : Thiers et Lamennais notamment . Y sera invité encore le jeune Ernest Renan, alors inconnu. En épousant Cornélie, nièce d’Ary, celui-ci s’installe durablement dans les lieux, au point que la propriété est souvent nommée Hôtel Scheffer-Renan.

Même si la majeure partie de l’héritage d’Ary Scheffer a été léguée à sa ville natale, Dordrecht aux Pays-Bas, la visite de la maison permet de découvrir de nombreux tableaux des frères Scheffer, Auguste Charpentier, Quentin de la Tour, Eugène Delacroix, Ingres ; des gravures et dessins dus notamment à Maurice Sand, fils chéri de George. Des sculptures de Clésinger, gendre honni de l’écrivaine, des bronzes et statuettes signés Jean-Auguste Barre, Théophile Bra ou Marie D’Orléans, élève du maître des lieux.

salon

Visite de charme, auréolée de la présentation chaleureuse et amusante de notre guide conférencier, dont les anecdotes donnent vie à ce monde évanoui. Les richesses du patrimoine artistique français nous attendent et se révèlent d’autant plus accessibles grâce à l’organisation de nos sorties culturelles.